Pont-l'Abbé Solidarité Internationale

Archive de avril, 2010

RWANDA AVENIR

Les activités de la Maison de quartier de Kimironko à Kigali en mars 2010.
Dans la Maison de Quartier pour les veuves rescapées du génocide à Kimironko, ce printemps 2010 s’activent des femmes.
Dans la petite maison de passage, dans l’entrée sur une natte, Julienne met la dernière touche de blanc sur l’Imigongo qu’elle confectionne, Corneille son bébé est à côté d’elle.

Les Imigongo sont réalisés soit sur des supports en bois, légers et de petites tailles, ils peuvent être vendus dans les boutiques artisanales auxquelles la coopérative de la Maison a adhéré. Une vingtaine de femmes ont suivi les deux stages de formation organisés pour elles avec des artistes de Nayrubuye. Elles s’activent à en fabriquer et à trouver des lieux d’exposition et de vente.
La découverte de cet art traditionnel et son utilisation dans la décoration de la Maison mais aussi pour en faire une activité génératrice de revenus ont été parallèles à la construction de la Maison de Quartier et la mise en place de coopératives.

Florence raconte : « En mars 2008 nous avons fait un voyage avec 80 femmes et jeunes filles de l’umudugudu de Kimironko.
Nous sommes allées rendre visite aux artistes de Nyarubuye qui réalisent les fresques murales traditionnelles, qu’on appelle Imigongo. Aucune des participantes à ce voyage n’en avait encore jamais vu, beaucoup en ignoraient même l’existence. La découverte éblouie de ce patrimoine les a rendues gaies comme des enfants qui voient la neige ou la mer pour la première fois. Elles ont chanté en quittant Kigali à 7 heures le matin jusqu’au retour le lendemain soir. Quarante-huit heures de danses et de chants ininterrompus. Ces instants sont les plus beaux du monde. Des moments heureux sont encore possibles. Aujourd’hui, une autre fois, une prochaine fois. Chanter, danser, construire une maison, accueillir, envisager l’avenir. L’espace du « nous » est le premier pas, c’est celui de la reconstruction d’un socle qui signe l’appartenance à la communauté des vivants. »

De Kigali le 21 mars 2010 : « …Sous le kiosque de la salle polyvalente les mamans et les jeunes filles entourent le prof de cuisine. Cours de sauces froides (vinaigrette, mayonnaise, sauce au ketchup, au curry, etc.) puis assaisonnement des légumes (carottes, salades, concombres, betteraves, oignons) et dégustation. Les dames sont très contentes et rigolent beaucoup. Puis elles rangent et font la vaisselle. … Annonciata me présente Beata Mukamugema (groupe restaurant) et m’apprend que leur nom signifie « femme courageuse ».

www.rwanda-avenir.org

Tags : , ,

Haïti : l’urgence c’est de reconstruire

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a dévasté une partie d’Haïti. Le Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement (CCFD) s’est tout de suite mobilisé afin d’aider ses 7 partenaires locaux. Aujourd’hui, la priorité c’est la reconstruction.

Le CCFD Terre Solidaire s’est très vite mobilisé pour aider ses partenaires à retrouver rapidement leurs capacités d’action sur place et intervenir ainsi auprès des populations sinistrées. Investis depuis de nombreuses années dans la construction de leur pays, ils peuvent apporter une aide de proximité à la population. et notamment aux réfugiés qui ont fuit la capitale dévastée.

L’un de ces partenaires, le KNFP (né de l’union des trois principales associations de micro-crédits en Haïti, neuf autres ont rejoint le réseau depuis), témoigne ainsi de la nécessité de maintenir les possibilités de crédits-solidaires car “le moindre élément d’espoir est capital”. Ce partenaire finance par exemple l’achat de vaches pour la production de lait ou l’attelage pour le labour. Ces projets sont suivis afin d’assurer au mieux l’utilisation des crédits. Une première aide d’urgence de 15 000 euros a été apportée au KNFP.

Aujourd’hui deux priorités s’imposent :

- Poursuivre l’aide aux populations dans les domaines de la santé, de l’alimentation, de l’habitat et de l’hygiène.

- Reconstruire au plus vite le pays

Le CCFD est engagé sur ces deux immenses chantiers et ses partenaires comptent sur nous. Grâce aux dons, Fonhsud a ouvert un centre d’hébergement dans le Sud de l’île, à Anquin. Il accueille les réfugiés et apporte une aide alimentaire.

Le CCFD remercie toutes les personnes qui ont apporté leur soutien au peuple haïtien.

LES PARTENAIRES :

Les partenaires locaux du CCFD

Les principales priorités thématiques des partenaires sont la Souveraineté alimentaire et modèles agricoles, la Démocratie et structuration de la société civile (notamment à partir de la jeunesse), et le Promotion d’une économie sociale et solidaire.

  • Le KNFP (Conseil National du Financement Populaire) : fonction d’appui et de formation en matière de financement populaire, de renforcement institutionnel auprès notamment d’une douzaine d’organisations paysannes.
  • JILAP (Commission Episcopale “Justice et Paix”) : le CCFD soutient son Plan National de Formation en Droits Humains destiné à près de 200 commissions “Justice et paix” dans tout le pays.
  • Fonhsud (Fonds Haïtien d’appui au développement du Sud) : intervient localement essentiellement sur des questions de reboisement, d’accès à l’eau et de développement agricole. Le CCFD apporte son aide au niveau de la plantation d’arbres, la réhabilitation et la protection de la ressource et le développement de l’élevage caprin.
  • ITECA (Institut de technologie et d’animation) : organisation non gouvernementale (ONG) d’appui au développement rural qui mène des projets portant sur la formation des paysans (technique, organisation et développement commercial).
  • Concert’Action (Concertation et Action pour le Développement) : intervient dans le domaine du développement rural en agriculture et santé communautaire. Ce partenaire mène des projets concernant l’accès à l’eau.
  • Klib Timoun : petite structure proposant aux enfants issus de familles pauvres des activités d’alphabétisation, culturelles et des formations notamment professionnelles telles que la coiffure, la couture…
  • Tèt Kole : organisation paysanne implantée dans presque tout le pays. Elle défend les petits producteurs et défend et met en valeur l’identité paysanne haïtienne. Elle mène ainsi un projet d’appui à l’élevage caprin dans une commune rurale très isolée.

Tags :

PASI Solidarité pour Haïti

Dimanche 11 avril 2010


Visite de Pont-L’Abbé commentée par Serge Duigou

    -10h00 départ de la salle Municipale(rue Jules Ferry)

    Visite du quartier du château et celui de la place Gambetta (2€)

    -14h00 départ de la salle Municipale

    visite de l’église des Carmes, du port et du patronage laïque(2€)

    -Salle municipale: – Marinette Le Naour vend ses oeuvres toute la journée.

    - vente de cartes postales par l’association « Enfants Soleil »
    - 12h00 : repas crêpes animé par « Les Voix de la Mer » et « BUB-GEV »

    - Toute l’après-midi : dégustation et goûter crêpes

Tags : ,

Mission AFIDESA au Burkina Faso février-mars 2010

La délégation AFIDESA était composée de 6 membres : Angéline et Roger Bosser, Michelle et Marcel Andro, Anne Louboutin et Michel Léger. Michel et Anne séjournaient pour la première fois au Burkina.
Le séjour s’est très bien passé : accueil « Photo-Luxe » égal à lui-même malgré quelque manque d’eau fâcheux surtout le soir au retour de nos périples « poussiéreux ». Par contre, exceptionnellement, aucun désagrément « intestinal » pour quiconque !

Actualité de la région
La chaleur a fait son apparition avec un mois d’avance : nous avons donc subi des températures avoisinant, dès 9H le matin, les 40°C. Mais on s’y est très vite habitué et cela ne nous a pas empêché de suivre le programme plutôt dense vu la durée restreinte du séjour.

  • Le niveau de l’eau a déjà bien baissé et certains puits sont taris.
  • Par contre, le timing assez serré que nous avions prévu a subi quelques « couacs » à cause d’une journée de grève (mercredi 24/02) mais aussi à cause de la fête musulmane du « Mouloud » (nuit du 26 au 27 fév). Celle-là, on ne l’avait pas prévue, elle correspond à la naissance du prophète et les écoles ont fermé le vendredi à 13H et pas de classe le samedi matin.
  • Nous avons été agréablement surpris par l’état des pistes principales : KOUDOUGOU-REO et KOUDOUGOU-TENADO. Les temps de trajet sur ces pistes étaient tout à fait corrects. Par contre sur les pistes transversales c’était un peu plus compliqué : GOUNDI-REO et tout autour de KYON vers BELIANVALSE et ESSAPOUN.
  • Les travaux pour goudronner la piste de TENADO sont, semble-t-il, toujours à l’ordre du jour !
  • Les autorités locales (notamment le maire de Réo et le DPBA) sont toujours apparemment heureuses de notre visite de courtoisie mais regrettent le manque de coordination des actions menées dans le Sanguié et le manque d’information à leur égard.

Tags : , ,