Pont-l'Abbé Solidarité Internationale

Archive de mars, 2011

Février-Mars 2011 au Burkina-Faso

Treize participants au voyage annuel de l’Afidesa au Burkina Faso qui s’est échelonné du 20 février au 12 mars, certains ayant choisi de venir plus tôt ou de rester plus tard.

une grande partie de notre groupe

Marqué par un climat tendu (manifestations de jeunes, victimes de tirs policiers, violences généralisées), notre voyage n’a pu faire le tour des écoles (fermées dans tout le pays) comme à l’accoutumée.
Avec l’aide de notre relais permanent sur place (Hubert), nous avons réussi à rencontrer quelques équipes enseignantes ou directeurs.
Si les cantines endogènes semblent toutes opérationnelles, tout semble dysfonctionner. Nombreuses pompes hors service (7 devis de réparation) et nombreux sont les jardins inexploités. Les effectifs de classes sont pléthoriques et les promesses de l’Etat restent des promesses. Trois écoles n’ont que des solutions d’accueil précaires, il manque des tables bancs, des chaises pour les maîtres, des armoires et même des bureaux.
Une réunion-bilan à la DPBA (Inspection d’académie) a aidé à faire le point, 17 écoles étaient représentées et ont exprimé des “doléances”. Cela a permis de clarifier les objectifs AFIDESA: aide collective, définition de priorités… Un nouveau projet “corps en mouvement” est lancé pour l’année 2011-2012.
Rencontres aussi avec chefs d’établissements du secondaire, enseignants, délégués des élèves, pour définir les manques, les surpeuplements, les attentes, les efforts appréciés à poursuivre.
Lors de notre visite, un bilan contradictoire a été fait concernant les trousses de santé dans les établissements, pas ou peu approvisionnées. Le projet de formation-santé devra être repris.
Au groupement féminin de Goundi-Zoula, local restauré et financé, l’installation électrique est en place et les demandes des femmes méritent d’être étudiées.
À l’association Sononye (21 “orphelins), l’Afidesa a pris en charge les frais de scolarité et les “assiettées” et leur a acheté des cartables et des fournitures scolaires. Les problèmes rencontrés au micro-crédit devront être réglés, condition de la poursuite.
CDN
La CDN est l’union de 41 groupements féminins ce qui concerne 2640 membres. Les affaires ont l’air de marcher très fort et tous les bâtiments ont été rénovés. La collaboration avec l’Occitane porte ses fruits. AFIDESA continue à contribuer aux projets d’alphabétisation à raison ce 1000000 CFA par an. Chaque année, la CDN fait tourner 31 centres d’alphabétisation dans les villages avec environ 30 femmes par centre.
Visite à Kordié – Pelcia
À la demande de l’association Pelcia – Ste Sève, nous nous sommes rendu à Kordié, visité la bibliothèque municipale que Ste Sève a créée. Nous avons pu y admirer le rangement des livres et les cahiers de prêt.
Le gros point noir pour le village, c’est la mise en eau du barrage tout proche : normalement d’ici un an, le village sera englouti, l’école (construite par AFIDESA) disparaîtra. Le souci des autorités villageoises et du directeur, c’est la reconstruction de l’école : pour le moment l’Etat n’a pris aucun engagement à ce sujet. Il est bien évident que AFIDESA et l’association Pelcia – Ste Sève suivront le dossier.

Tags : , , , ,

Coup de chapeau à trois étudiantes de l’Esam

Charlotte Hivert, Nathalie Ranga et Visvajini Vairavanathan étudiantes à l’Esam (1), ont mobilisé leurs camarades au profit de Diwali. “Dans le cadre de nos études, nous avons à mettre en place une action solidaire. Nous voudrions que cette action soit l’occasion pour nos camarades et nous-mêmes de faire un don pour votre association. Lire la suite…

Un village d’enfants vulnérables près de Thiruvannamalai

Le nouveau projet concerne un “Village pour enfants vulnérables.” C’est une idée de Dominic Xavier, un Indien qui a travaillé pour la Voix de l’Enfant, qui est complètement investi dans l’aide aux enfants et femmes vulnérables. Lire la suite…

Rencontre entre Pont-L’Abbé Information Jeunesse et PASI

L’équipe pédagogique de l’Espace Jeunes souhaite sensibiliser les jeunes à la solidarité et les impliquer d’avantage dans l’organisation de la Semaine Nationale de la Solidarité Internationale.

A la demande des professionnels du Pôle Jeunesse de la Ville de Pont-l’Abbé, Monsieur Jacques BODERE, président de l’association PASI, a organisé une rencontre avec des membres des associations AFIDESA, PAE-TOGO et PASI.

La solidarité internationale étant un domaine dans lequel on n’improvise pas, l’idée de travailler en collaboration à été retenue. Les associations, qui constituent le collectif PASI, mènent déjà des actions pour lesquelles il est peut-être possible d’investir les jeunes.

Rencontre entre Pont-L'Abbé Information Jeunesse et PASI

Tags :

La coopérative Al Sanabel est née en 2006, avec pour objectif d’aider les paysans Palestiniens de la région d‘Hébron à commercialiser leurs fruits, et plus spécialement le raisin de table. La région est connue comme la première productrice du raisin en Palestine depuis des milliers d‘années. L’idée de la coopérative est venue suite à une catastrophe en 2006, quand l’armée de l’occupation Israélienne a bloqué tous les villes et villages Palestiniens et a empêché la circulation. La récolte de cette année là a été perdue d’environ 65% .

2007 première production, une petite quantité vendue pendant une exposition à Halhul que les gens ont bien apréciée.

Assemblée de coopérants

La star

La chambre de commerce et de l’agriculture d‘Hebron organise du 25 au 28 juillet 2009 la plus grande exposition des produits Palestiniens dans la ville d’Hébron. La coopérative a été invitée à y participer, nos produits présentés ont frappé tout le monde, même si la quantité présentée n’a pas été énorme (la fin de la saison). Notre stand a été entouré par les visiteurs, tous veulent déguster ce nouveau produit palestinien très bon.

Le journal AL Aqods a fait un article sur l’exposition en présentant une photo de notre stand. La télé nationale Palestinienne a aussi parlé de notre produit.

Une partie des coopérateurs de "Al Sanabel", en réunion.

Le chemin est encore très long.

La coopérative a quelques objectifs à réaliser.

  • diminuer la quantité de raisin aux marché en produisant de jus de raisin. Notre projet est de presser 40 % des raisin de la région.
  • mettre fin aux profiteurs de la circonstance Israéliens qui décident chaque année le prix de la vente de raisin, or , ils achètent plus de 60% de notre production pour faire de vin. En août 2008 ils décident d’acheter le kg à 40 centimes. centimes d’euro et en septembre de la même année ils baissent le prix à 14
  • unir les paysans de la région, “nous avons déjà commencé”. Quand les acheteurs Israéliens ont baissé le prix en 2008 , la coopérative a déclaré la grève et pendant une semaine les paysans ont refusé de vendre aux Israéliens jusqu’à ce que les représentants de la coopérative aient réussi à remonter le prix à 26 centimes .

Quoi faire ?

Nous avons le projet de construire un local pour pouvoir travailler en respectant les normes qui concernent les producteurs de l’agro-alimentaire. Nous avons également le projet d’augmenter la capacité de machine de 90 tonnes / jour .

Nous avons besoin de vos aides.

La coopérative vous propose de vous vendre deux bouteilles ou plus, de jus de raisin au très bon au prix de 2 euros la bouteille que vous aurez dans deux ans. Nous proposons aux associations, organisations et autres de participer au financement. En aidant cette coopérative vous allez aider quelques dizaine de milliers de Palestiniens à résister et vous les aiderez à empêcher que leurs terres ne soient confisquées.

La coopérative a fait un grand pas

  • nous avons un système de gestion et de comptabilité contrôlé par l’autorité Palestinienne.
  • conseil d’administration élu tout les deux ans.
  • la coopérative a un comité de commercialisation.
  • nos produits trouvent beaucoup succès surtout depuis cette dernière exposition.

La coopérative Al Sanabel

Halhul — Palestine

La création (2006) de la coopérative agricole de fabrication de jus de raisin, Al Sanabel, dans le village d’Hellul près d’Hébron (sud Palestine) est une réponse heureuse aux obstacles rencontrés par les petits producteurs dans la commercialisation de leur raisin frais, en ce qu’elle est :

  • parfaitement appropriée à la ressource
  • parfaitement pacifique
  • et parfaitement novatrice puisqu’elle apporte dans ces milieux l’idée même de coopération et donc de solidarité (défense du produit, défense des prix).

Elle méritait déjà notre appui et nous en suivrons le développement avec la plus sympathique et agissante attention.
AFPS Pont-l’Abbé

Le projet phase I
Le projet phase II

Tags : , , ,