Pont-l'Abbé Solidarité Internationale

Présence de PASI au forum des associations de Pont-l’Abbé

Le stand de l'association.

Agenda

Foire aux livres au Patronage laïque

Foire aux livres après le rusch initial.

Bonne participation à cette foire au livre où le public était présent avant même l’heure d’ouverture.

Tags :

Essapoun est un village de brousse dans la région de Réo, province du Sanguié.
L’école compte 5 classes en “dur”. La 6e classe a fonctionné en 2010/2011 dans une banque de céréales, un local sans fenêtres avec seulement trois petites ouvertures d’aération. 88 élèves de CP1 étaient entassés dans ce local. Comme il n’y avait pas assez de tables-bancs , plus de 20 enfants travaillaient assis par terre. Le maître n’ayant ni bureau ni chaise avait ses affaires rangées dans un coin.

Ce local devant être rendu au plus tard au moment des récoltes (fin octobre ) pour retrouver son usage normal, l’association des parents d’élèves de l’école a construit une classe en banco (briques d’argile mélangée à de la paille, séchées au soleil) pour accueillir les élèves de CP1 à la prochaine rentrée scolaire : 1er octobre 2011.
Le projet de l’Afidesa, avec co-financement du PASI, peut se résumer : Finir la salle de classe (enduit aux murs, toiture en tôles, sol en ciment, 1 porte et 3 fenêtres, une ceinture en béton à la base du bâtiment) et l’équiper (20 tables-bancs, 1 armoire métallique, 1 bureau et 1 chaise pour le maître, 1 tableau en ciment).

essai

essai évènement

Solidarité : deux bigoudennes en Inde!

Tags : ,

Pourquoi ne pas profiter des congés de l’été pour prendre le temps de flâner et de venir découvrir les nombreux ouvrages à votre disposition, livres neufs et d’occasions… nous serons présents les 27 & 28 juillet à Pont-l’abbé et 17 & 18 ‘août à l’Ile-Tudy.

Nous comptons sur vous, alors à très bientôt

Bienvenue chez les veuves de Kigali par Anne Collet

Tags :

Un village d’enfants vulnérables en Inde


Des maisons pour quatre veuves et vingt orphelins indiens

Le nouveau défi de Diwali: collecter 20 000 euros pour un village de veuves et d’enfants des rues

Il s’agit de bâtir en Inde du Sud, à Tharakullan, village près de Thiruvannamalai (deux heures de Pondichéry, par route ou train) sur un terrain de 4000 m2 un “village d’enfants vulnérables” composé de quatre maisons. Dans chaque maison, une veuve élèvera cinq enfants, orphelins, enfants des rues… Les 20 enfants iront à l’école du village, seront soignés à Thiruvannamalai comme les autres petits villageois. Le dossier est porté par un Indien, Dominic Xavier, qui travaille dans le domaine social à travers RTUT,Reaching the Unreached Trust. (Il a travaillé pendant plusieurs années pour la Voix de l’Enfant.)
RTUT sera propriétaire du terrain, financera le mur de clôture, les allées pour accéder aux maisons et aux toilettes (important pendant la mousson). Diwali a besoin de donateurs pour financer les maisons: 5 000 euros chacune, soit un total de 20 000 euros à collecter. Noëlle Cousinié a présenté le projet à ses contacts en Inde qui en ont validé la faisabilité et le prix.
Des plaques porteront le nom des donateurs sur les maisons.
Ce dossier nous tient à coeur car il est concret, à dimension humaine et porte l’espoir d’une vie meilleure pour les veuves laissées pour compte dans la société indienne et pour ces petits qui auront un toit et recevront une éducation.

Noëlle Cousinié
Présidente de Diwali Solidarité Pondichéry
5 résidence Kerandouin
29750 Loctudy
06 07 86 03 60


Il s’agit de bâtir en Inde du Sud, à Tharakullan, village près de Thiruvannamalai (deux heures de Pondichéry, par route ou train) sur un terrain de 4000 m2 quatre maisons. Dans chaque maison, une veuve élèvera cinq enfants vulnérables. Les 20 enfants iront à l’école du village, seront soignés à Thiruvannamalai comme les autres petits villageois. Le dossier est porté par un Indien Dominic Xavier qui travaille dans le domaine social à travers RTUT,Reaching the Unreached Trust. (Il a travaillé pour la Voix de l’Enfant.)
La parcelle se trouve à proximité (1 km) d’une station de chemin de fer inaugurée il y a un an. Les déplacements vers Pondichéry, Thiruvannamalai seront donc aisés. Il est probable que le train attire des manufactures et devienne un facteur de développement économique.
Les vaches boivent l’eau sur le terrain : pas de problème de pollution.
RTUT sera propriétaire du terrain, financera le mur de clôture, les allées pour accéder aux maisons et aux toilettes. Reste à financer les maisons: 5 000 euros chacune, soit un total de 20 000 euros à collecter, sur un total de 30 000 euros.Calendrier de mise en oeuvre
Commencement de la collecte en janvier 2011. Quand les fonds seront réunis, on espère en une année, la construction débutera, elle devrait être achevée en six mois.(On ne fera pas une seule maison. Le projet est de quatre maisons, sinon rien.)

Parallèlement, RTUT collecte ses fonds pour l’achat du terrain et entreprend la demande de subventions pour les veuves et les enfants.
Objectif général auquel le projet contribue

  • Aider des veuves, des enfants vulnérables, en recréant des cellules familiales. Donner à nouveau un sens à la vie des femmes et assurer une éducation aux enfants. Ce projet a une dimension globale en intégrant les volets éducation-formation, santé, développement économique et social; il intègre la promotion sociale et civique des femmes, veuves mises au ban de la société ; il a aussi pour but de prévenir les discriminations à l’encontre des minorités, ici essentiellement les dalits.
  • Population cible Veuves, orphelins, enfants des rues, enfants malades… Quatre veuves et vingt enfants seront pris en charge dans ce projet à dimension humaine.
  • Moyens mobilisés Dominic Xavier interviendra en tant que volontaire. Il dispose d’un sérieux réseau social sur place. Il se rendra au début toutes les semaines sur le site pour le suivi de la mise ne place.Il sera en relation téléphonique permanente avec les femmes. Il assurera le lien avec Diwali. Les quatre veuves, le gardien seront sur le site.
  • Durabilité du projetL’action est pérenne. Le Projet est indien, mené par des Indiens qui participent au financement.
  • Les veuves élèveront les enfants. Quand elles seront trop vieilles, d’autres veuves seront recrutées.
  • Mise en place en parrainages
  • Quand le village sera créé, Diwali proposera des parrainages d’enfants et de veuves.

BUDGET PREVISIONNEL

DEPENSES Montant en euros RECETTES Montant en euros
1 – Investissement matériel l
Terrain 860 Collecte Diwali 18820
Maisons et toilettes 20640
Parc , allées, mur 2752 -
Fournitures, équipement 1204 -
-
-
Sous-total 1
2 – Investissement immatériel (formation, micro crédit) -
Formation, education des enfants 1720 -
-TRUT 3612
-Gouvernement indien 8084
Sous-total 2
3 – Autres dépenses
Equipement et besoins pour un an pour 25 personnes 5160
Sous-total 3
Coût total du projet 32336 Total des recettes 32336
Emploi des contributions volontaires en nature Contributions volontaires en nature
Mise à disposition gratuite de biens et prestations Bénévolat 3000
Secours en nature Prestations en nature
Personnes bénévoles 3000 Dons en nature
TOTAL 35336 TOTAL 35336

Tags : ,

Forage hydraulique, village de Kassou

Dans le domaine de la solidarité internationale, « il est plus facile de répondre à l’urgence que de s’engager dans projets de développement ».

Depuis 2005, la ville de Pont-L’Abbé alloue annuellement une subvention de 10000€ au titre de la solidarité internationale. Cette attribution a permis aux associations membres de PASI de réaliser de nombreux projets de développement dans les domaines de l’éducation, la santé, de l’eau, de l’agriculture familiale, de la promotion de la femme…

Exemple d’une réalisation, bénéficiant de la subvention municipale, par l’association PAE Togo, lors de la mission d’octobre 2010 (700 habitants) région de Bassar.

  • Choix du site:
    • consultation avec le préfet de Bassar sur les priorités en termes de forage
    • réunions avec le chef du village, afin de sensibiliser la population (dont une partie s’est récemment déplacée en raison de l’absence du point d’eau) à la bonne gestion du point d’eau: constitution d’un comité de gestion (COGES), tarif de la bassine d’eau, système de contribution à la caisse de maintenance….etc.
    • la présence d’une école primaire publique récemment construite à proximité du site envisagé a également paru constituer un facteur positif; les instituteurs assurent que la présence du point d’eau incitera les paysans à réinvestir des zones de cultures proches du site et à réinscrire leurs enfants à l’école.
  • Forage:
    • Les travaux d’implantation débutent le 18 octobre 2011 au matin, et la foration au cours de l’après-midi. Les premières arrivées d’eau ont lieu vers 14 mètres de profondeur. La foration a été poursuivie le 19 jusqu’à 50 mètres après traversées de plusieurs aquifères assez productifs. L’équipement du forage en PVC pleins et crépinés ainsi que la cimentation de la tête de forage ont permis de commencer le pompage/développement jusqu’à l’eau claire dans la matinée du 20. Les mesures effectuées au cours de cette opération font apparaître un débit de 2000 litres/heure. Des prélèvements ont été faits aux fins d’analyses physico-chimiques et bactérioligiques.
    • Une équipe de maçons a réalisé une margelle simple pour permettre la fixation d’une pompe manuelle.
  • Des essais ont été réalisés en présence de la population des concessions voisines.

Première arrivée d'eau à Kassou

Inscriptions sur la margelle

Pompage sur le site

Tags :