Pont-l'Abbé Solidarité Internationale

Articles associés au tag ‘Solidarité Internationale’

Répartition de la subvention municipale.

Ce mardi 22 janvier Pasi réunissait les associations adhérentes pour la répartition de la subvention municipale.
Voici la répartition des 10000 euros de la subvention versée sur le compte de Pasi:
-4250 euros pour l’AFIDESA
-2250 euros pour RWANDA venir
-2250 euros pour DILE
-1250 euros pour l’AFPS

Les projets des 3 premières associations ont été déposés en mairie en octobre 2012;celui del’AFPS en octobre 2011.

C’est le conseil d’administration de la PASI qui répartit cette subvention.

Sur la photo Edith Le Corgne trésorière distribue les chèques en présence la présidente Françine Canévet et de la vice-présidente Jeannine Le Berre

Tags :

Mme Annick Le Loch députée, M Daniel Couïc maire et conseiller général, Mmes Francette Canévet et Janine Le Berre du collectif PASI inaugurent l’exposition de la semaine de la solidarité internationale.

Cette exposition gratuite accueille le public dans le sous-sol du château de 9h à 12h et de 14h à 17h et ceci du lundi 19 au samedi 24 novembre.

Trois thèmes sont proposés : “Les chemins de l’école”, “Voyage en terre mongole”, ou “Un mois en Inde”

Tags :

Foire aux livres au Patronage laïque

Foire aux livres après le rusch initial.

Bonne participation à cette foire au livre où le public était présent avant même l’heure d’ouverture.

Tags :

Solidarité : deux bigoudennes en Inde!

Tags : ,

Un village d’enfants vulnérables en Inde


Des maisons pour quatre veuves et vingt orphelins indiens

Le nouveau défi de Diwali: collecter 20 000 euros pour un village de veuves et d’enfants des rues

Il s’agit de bâtir en Inde du Sud, à Tharakullan, village près de Thiruvannamalai (deux heures de Pondichéry, par route ou train) sur un terrain de 4000 m2 un “village d’enfants vulnérables” composé de quatre maisons. Dans chaque maison, une veuve élèvera cinq enfants, orphelins, enfants des rues… Les 20 enfants iront à l’école du village, seront soignés à Thiruvannamalai comme les autres petits villageois. Le dossier est porté par un Indien, Dominic Xavier, qui travaille dans le domaine social à travers RTUT,Reaching the Unreached Trust. (Il a travaillé pendant plusieurs années pour la Voix de l’Enfant.)
RTUT sera propriétaire du terrain, financera le mur de clôture, les allées pour accéder aux maisons et aux toilettes (important pendant la mousson). Diwali a besoin de donateurs pour financer les maisons: 5 000 euros chacune, soit un total de 20 000 euros à collecter. Noëlle Cousinié a présenté le projet à ses contacts en Inde qui en ont validé la faisabilité et le prix.
Des plaques porteront le nom des donateurs sur les maisons.
Ce dossier nous tient à coeur car il est concret, à dimension humaine et porte l’espoir d’une vie meilleure pour les veuves laissées pour compte dans la société indienne et pour ces petits qui auront un toit et recevront une éducation.

Noëlle Cousinié
Présidente de Diwali Solidarité Pondichéry
5 résidence Kerandouin
29750 Loctudy
06 07 86 03 60


Il s’agit de bâtir en Inde du Sud, à Tharakullan, village près de Thiruvannamalai (deux heures de Pondichéry, par route ou train) sur un terrain de 4000 m2 quatre maisons. Dans chaque maison, une veuve élèvera cinq enfants vulnérables. Les 20 enfants iront à l’école du village, seront soignés à Thiruvannamalai comme les autres petits villageois. Le dossier est porté par un Indien Dominic Xavier qui travaille dans le domaine social à travers RTUT,Reaching the Unreached Trust. (Il a travaillé pour la Voix de l’Enfant.)
La parcelle se trouve à proximité (1 km) d’une station de chemin de fer inaugurée il y a un an. Les déplacements vers Pondichéry, Thiruvannamalai seront donc aisés. Il est probable que le train attire des manufactures et devienne un facteur de développement économique.
Les vaches boivent l’eau sur le terrain : pas de problème de pollution.
RTUT sera propriétaire du terrain, financera le mur de clôture, les allées pour accéder aux maisons et aux toilettes. Reste à financer les maisons: 5 000 euros chacune, soit un total de 20 000 euros à collecter, sur un total de 30 000 euros.Calendrier de mise en oeuvre
Commencement de la collecte en janvier 2011. Quand les fonds seront réunis, on espère en une année, la construction débutera, elle devrait être achevée en six mois.(On ne fera pas une seule maison. Le projet est de quatre maisons, sinon rien.)

Parallèlement, RTUT collecte ses fonds pour l’achat du terrain et entreprend la demande de subventions pour les veuves et les enfants.
Objectif général auquel le projet contribue

  • Aider des veuves, des enfants vulnérables, en recréant des cellules familiales. Donner à nouveau un sens à la vie des femmes et assurer une éducation aux enfants. Ce projet a une dimension globale en intégrant les volets éducation-formation, santé, développement économique et social; il intègre la promotion sociale et civique des femmes, veuves mises au ban de la société ; il a aussi pour but de prévenir les discriminations à l’encontre des minorités, ici essentiellement les dalits.
  • Population cible Veuves, orphelins, enfants des rues, enfants malades… Quatre veuves et vingt enfants seront pris en charge dans ce projet à dimension humaine.
  • Moyens mobilisés Dominic Xavier interviendra en tant que volontaire. Il dispose d’un sérieux réseau social sur place. Il se rendra au début toutes les semaines sur le site pour le suivi de la mise ne place.Il sera en relation téléphonique permanente avec les femmes. Il assurera le lien avec Diwali. Les quatre veuves, le gardien seront sur le site.
  • Durabilité du projetL’action est pérenne. Le Projet est indien, mené par des Indiens qui participent au financement.
  • Les veuves élèveront les enfants. Quand elles seront trop vieilles, d’autres veuves seront recrutées.
  • Mise en place en parrainages
  • Quand le village sera créé, Diwali proposera des parrainages d’enfants et de veuves.

BUDGET PREVISIONNEL

DEPENSES Montant en euros RECETTES Montant en euros
1 – Investissement matériel l
Terrain 860 Collecte Diwali 18820
Maisons et toilettes 20640
Parc , allées, mur 2752 -
Fournitures, équipement 1204 -
-
-
Sous-total 1
2 – Investissement immatériel (formation, micro crédit) -
Formation, education des enfants 1720 -
-TRUT 3612
-Gouvernement indien 8084
Sous-total 2
3 – Autres dépenses
Equipement et besoins pour un an pour 25 personnes 5160
Sous-total 3
Coût total du projet 32336 Total des recettes 32336
Emploi des contributions volontaires en nature Contributions volontaires en nature
Mise à disposition gratuite de biens et prestations Bénévolat 3000
Secours en nature Prestations en nature
Personnes bénévoles 3000 Dons en nature
TOTAL 35336 TOTAL 35336

Tags : ,

Foire aux livres.

Succès pour cette nouvelle action de l’association. Merci aux nombreux donateurs d’ouvrages.

Deux foires aux livres sont programmées, le 27 et 28 juillet 2011 à Pont-L’Abbé, la seconde à l’Ile Tudy le 17 et 18 aout 2011. Le but , participer au financement des projets humanitaires des associations membres de PASI. Le montant attribué aux associations sera arrêté en septembre 2011 et communiqué par la presse.

La collecte de livres continue. Les déposer à la Maison Pour Tous – Centre social (en précisant PASI).

Renseignements:
Jacques Bodéré 02 98 87 12 64 – association.pasi@yahoo.fr

Tags :

Rencontre entre Pont-L’Abbé Information Jeunesse et PASI

L’équipe pédagogique de l’Espace Jeunes souhaite sensibiliser les jeunes à la solidarité et les impliquer d’avantage dans l’organisation de la Semaine Nationale de la Solidarité Internationale.

A la demande des professionnels du Pôle Jeunesse de la Ville de Pont-l’Abbé, Monsieur Jacques BODERE, président de l’association PASI, a organisé une rencontre avec des membres des associations AFIDESA, PAE-TOGO et PASI.

La solidarité internationale étant un domaine dans lequel on n’improvise pas, l’idée de travailler en collaboration à été retenue. Les associations, qui constituent le collectif PASI, mènent déjà des actions pour lesquelles il est peut-être possible d’investir les jeunes.

Rencontre entre Pont-L'Abbé Information Jeunesse et PASI

Tags :

La coopérative Al Sanabel est née en 2006, avec pour objectif d’aider les paysans Palestiniens de la région d‘Hébron à commercialiser leurs fruits, et plus spécialement le raisin de table. La région est connue comme la première productrice du raisin en Palestine depuis des milliers d‘années. L’idée de la coopérative est venue suite à une catastrophe en 2006, quand l’armée de l’occupation Israélienne a bloqué tous les villes et villages Palestiniens et a empêché la circulation. La récolte de cette année là a été perdue d’environ 65% .

2007 première production, une petite quantité vendue pendant une exposition à Halhul que les gens ont bien apréciée.

Assemblée de coopérants

La star

La chambre de commerce et de l’agriculture d‘Hebron organise du 25 au 28 juillet 2009 la plus grande exposition des produits Palestiniens dans la ville d’Hébron. La coopérative a été invitée à y participer, nos produits présentés ont frappé tout le monde, même si la quantité présentée n’a pas été énorme (la fin de la saison). Notre stand a été entouré par les visiteurs, tous veulent déguster ce nouveau produit palestinien très bon.

Le journal AL Aqods a fait un article sur l’exposition en présentant une photo de notre stand. La télé nationale Palestinienne a aussi parlé de notre produit.

Une partie des coopérateurs de "Al Sanabel", en réunion.

Le chemin est encore très long.

La coopérative a quelques objectifs à réaliser.

  • diminuer la quantité de raisin aux marché en produisant de jus de raisin. Notre projet est de presser 40 % des raisin de la région.
  • mettre fin aux profiteurs de la circonstance Israéliens qui décident chaque année le prix de la vente de raisin, or , ils achètent plus de 60% de notre production pour faire de vin. En août 2008 ils décident d’acheter le kg à 40 centimes. centimes d’euro et en septembre de la même année ils baissent le prix à 14
  • unir les paysans de la région, “nous avons déjà commencé”. Quand les acheteurs Israéliens ont baissé le prix en 2008 , la coopérative a déclaré la grève et pendant une semaine les paysans ont refusé de vendre aux Israéliens jusqu’à ce que les représentants de la coopérative aient réussi à remonter le prix à 26 centimes .

Quoi faire ?

Nous avons le projet de construire un local pour pouvoir travailler en respectant les normes qui concernent les producteurs de l’agro-alimentaire. Nous avons également le projet d’augmenter la capacité de machine de 90 tonnes / jour .

Nous avons besoin de vos aides.

La coopérative vous propose de vous vendre deux bouteilles ou plus, de jus de raisin au très bon au prix de 2 euros la bouteille que vous aurez dans deux ans. Nous proposons aux associations, organisations et autres de participer au financement. En aidant cette coopérative vous allez aider quelques dizaine de milliers de Palestiniens à résister et vous les aiderez à empêcher que leurs terres ne soient confisquées.

La coopérative a fait un grand pas

  • nous avons un système de gestion et de comptabilité contrôlé par l’autorité Palestinienne.
  • conseil d’administration élu tout les deux ans.
  • la coopérative a un comité de commercialisation.
  • nos produits trouvent beaucoup succès surtout depuis cette dernière exposition.

La coopérative Al Sanabel

Halhul — Palestine

La création (2006) de la coopérative agricole de fabrication de jus de raisin, Al Sanabel, dans le village d’Hellul près d’Hébron (sud Palestine) est une réponse heureuse aux obstacles rencontrés par les petits producteurs dans la commercialisation de leur raisin frais, en ce qu’elle est :

  • parfaitement appropriée à la ressource
  • parfaitement pacifique
  • et parfaitement novatrice puisqu’elle apporte dans ces milieux l’idée même de coopération et donc de solidarité (défense du produit, défense des prix).

Elle méritait déjà notre appui et nous en suivrons le développement avec la plus sympathique et agissante attention.
AFPS Pont-l’Abbé

Le projet phase I
Le projet phase II

Tags : , , ,

L’exposition “Femmes en Mouvement” à la Médiathèque

Après avoir reçu les classes de l’école primaire, l’association PASI accueille les élèves de 6° du collège de Plozevet pour une visite commentée de l’exposition “Femmes en Mouvement” à la Médiathèque.

Tags :

Répartition de la subvention municipale

Au cours d'une courte cérémonie précédant un pot de l'amitié, la trésorière de Pont-L'Abbé Solidarité Internationale a remis aux associations bénéficiaires les chèques correspondant à la subvention de 10000 €uros de la Ville de Pont-L'Abbé. Les représentants de AFIDESA, Dilé, PAE Togo, France-Palestine et Rwanda-Avenir en ont profité pour résumer leurs actions et pour préciser la destination de cette aide.   Jacques Bodéré a rappelé l'historique de PASI en insistant sur le fait que la gestion de la subvention de la municipalité ne représente que l'un des aspects de notre action, l'essentiel de celle-ci consistant dans la promotion de la Solidarité Internationale, grâce au travail en commun réalisé par les associations membres, lors de la préparation et de la réalisation de la Semaine de la Solidarité Internationale, mais aussi à l'occasion d'interventions dans les écoles, médiathèques, etc.. Il faut souligner que la subvention est entièrement utilisée pour des actions de solidarité, le fonctionnement de l'association reposant sur le bénévolat de ses membres et sur ses ressources propres.   De son côté, Monsieur le Maire de Pont-L'Abbé a rappelé l'attachement des élus à la Solidarité Internationale et a renouvelé la confiance de ceux-ci dans l'action de PASI.

Les responsables des associations de PASI

Au cours d’une courte cérémonie précédant un pot de l’amitié, la trésorière de Pont-L’Abbé Solidarité Internationale a remis aux associations bénéficiaires les chèques correspondant à la subvention de 10000 €uros de la Ville de Pont-L’Abbé. Les représentants de AFIDESA, Dilé, PAE Togo, France-Palestine et Rwanda-Avenir en ont profité pour résumer leurs actions et pour préciser la destination de cette aide.

La cérémonie de réception des chèques

La cérémonie de réception des chèques

Jacques Bodéré a rappelé l’historique de PASI en insistant sur le fait que la gestion de la subvention de la municipalité ne représente que l’un des aspects de notre action, l’essentiel de celle-ci consistant dans la promotion de la Solidarité Internationale, grâce au travail en commun réalisé par les associations membres, lors de la préparation et de la réalisation de la Semaine de la Solidarité Internationale, mais aussi à l’occasion d’interventions dans les écoles, médiathèques, etc.. Il faut souligner que la subvention est entièrement utilisée pour des actions de solidarité, le fonctionnement de l’association reposant sur le bénévolat de ses membres et sur ses ressources propres.

Les représentants des associations bénéficiaires

Les représentants des associations bénéficiaires

De son côté, Monsieur le Maire de Pont-L’Abbé a rappelé l’attachement des élus à la Solidarité Internationale et a renouvelé la confiance de ceux-ci dans l’action de PASI.

Tags :